Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

grazia-fr-yahoopartner:

Oui, mais pas toutes les dates de péremption. Les experts sont formels : il faut impérativement distinguer la date limite de consommation (DLC) “à consommer avant le” qui encadre les produits frais, de la date limite d'utilisation optimale (DLUO) “à consommer de préférence avant le”, présente sur l'épicerie et les conserves. Si la première peut difficilement être supprimée pour des raisons sanitaires évidentes (risques de développement bactérien, salmonellose, listéria…), la disparition de la seconde ne mettrait pas en danger le consommateur. “Il ne s'agit pas d'une date de consommation impérative mais d'une indication sur la qualité du produit que l'on pourrait tout à fait remplacer par “meilleur à consommer avant tel jour”“, indique Marion Guillou-Charpin , experte en sécurité sanitaire, favorable l'idée d'une suppression. Un avis partagé par Arash Derambarsh , activiste anti-gaspillage alimentaire, à l'initiative d'une une loi imposant aux supermarchés de donner leurs invendus . "Quand 10 millions de Français se retrouvent dans une situation précaire, que certains souffrent de la faim, le fait que le goût soit légèrement altéré ne doit pas empêcher de consommer ces produits”, explique-t-il.

Oui, mais il faudra un système plus intelligent. Christian Schmidt, le ministre allemand de l'Alimentation voudrait équiper les aliments périssables d'une puce électronique capable de mesurer la dégradation du produit. Mais tout cela a un coût. D'après (…)

Lire la suite sur Grazia

“En marche !” : ce que l'on sait sur le nouveau mouvement politique d'Emmanuel Macron
Charlie Sheen : soupçonné d'avoir voulu engager un tueur à gages contre son ex
L'infographie du jour : quels sont les fromages préférés des jeunes ?
Peine de mort : 2015, l'année noire
Lynsey Addario, photoreporter de guerre : “Quand on couvre la guerre, il faut écouter ses pressentiments”

Partager cet article

Repost 0